4 conseils pour lutter contre la peur et l’anxiété face à l’avenir

"J'ai peur de l'avenir",  "Je ne sais pas comment je vais m'en sortir toute seule", "Qu'est-ce qui va se passer pour mes enfants si je tombe gravement malade? ",  "Comment je vais m'occuper des enfants si j'ai un accident de voiture ? ", "J'ai tellement peur qu'il me quitte", "J'ai peur que sa nouvelle copine prenne ma place de mère, "J'ai peur de faire un burn-out", "J'ai peur qu'il se suicide si je le quitte", "J'ai peur de faire exploser ma famille si je divorce", "J'ai peur de ne pas avoir assez d'argent pour vivre", "J'ai peur d'avoir  traumatisé les enfants", "J'ai peur d'avoir détruit l'avenir de mes enfants".

Je pourrais encore en écrire beaucoup des phrases comme celles-là.  Je ne les ai pas choisies au hasard. Je les ai moi-même pensées et ressenties ou je les aies entendues auprès des personnes que je conseille.

Avoir peur n'a rien d'anormal. La peur est une émotion utile. Elle existe pour nous avertir d'un danger. Elle nous sert d'alarme pour nous protéger ou fuir une menace réelle. Par exemple, à la vue d'un ours en montagne, prendre les jambes à son coup est un réflexe naturel et justifié. Ici la peur donne des ailes pour nous emporter le plus loin possible du danger.

Mais cette peur devient nocive quand elle est présente sans motif concret : c'est ce qu'on appelle l'anxiété. L'anxiété apparaît au moment où l'on ne s'y attend pas, comme une invitée surprise à notre anniversaire. Une invitée envahissante, qui n'est pas la bienvenue, mais qui impose ses multiples et variables symptômes :

  1. Peur et inquiétudes croissantes, malaise, crises, pensées négatives en boucle infinie
  2. Troubles du sommeil, difficultés à s'endormir, mauvais rêves, cauchemars
  3. Maux de ventre
  4. Palpitations cardiaques
  5. Difficultés à respirer
  6. Transpiration, sueurs, mains moites
  7. Tremblements
  8. Réaction excessive à un évènement,  à un comportement ou à un changement 
  9. Des nausées, des vomissements
  10. Autres manifestations physiques en fonction de la personne

Vivre l'anxiété, c'est ne plus se comporter de manière objective et appropriée dans son quotidien. Au contraire, c'est comme être handicapé.e par un parasite qui nous empêche d'être nous-mêmes et d'agir dans son propre intérêt et pour son bien-être.

Avant de voir en détail, comment combattre cette émotion aussi puissante que paralysante, revenons sur la définition de l'anxiété.

Qu'est ce que l'anxiété ?


L'anxiété, c'est une rupture avec le présent.  C'est une projection dans le futur de ce qui pourrait se produire. Ressentir de l'anxiété, c'est éprouver de l'inquiétude devant tous les problèmes catastrophiques qui pourraient arriver

C'est par exemple de croire que l'avenir de son enfant innocent sera complètement et automatiquement fichu en cas de séparation ou de divorce. C'est d'imaginer tout ce qui pourrait arriver de pire à son gamin ou sa gamine dans ce cas de figure : il ne va pas réussir dans la vie, il sera déséquilibré, il va se droguer etc etc

Avoir de l'anxiété, c'est avoir une très forte tendance à exagérer les problèmes potentiels dans une situation. Une fois, de plus, la personne anxieuse a perdu contact avec la réalité. Elle n'a plus les pieds sur terre. Ses pensées épuisantes et répétitives s'envolent vers une montagne de menaces énormes et pesantes.

Comment lutter contre l'anxiété en 4 astuces ?

Conseil 1 : Revenir sur terre physiquement

Revenir sur terre, à l'endroit où vous êtes. Vous ressentez beaucoup trop d'anxiété parce que vous vous êtes laissé.es emportée dans le futur dans un flot  de pensées négatives. Pour mieux maîtriser votre anxiété, refusez ce voyage dans cet avenir triste et malheureux. Arrêtez de ruminer toutes les galères que vous risquez de subir.  Ces galères, elles ne sont pas présentes. Vous vous faites un film d'anticipation inutile. Concentrez-vous sur le moment présent. Neutralisez votre peur de l'avenir qui monopolise toute votre énergie utile en vous concentrant sur ce que vous vivez à l'instant t.

N'oubliez pas, vous êtes un être vivant qui a le droit de profiter du moment présent

Vous avez le droit de respirer. Vous avez le droit d'admirer ce beau soleil couchant. Vous avez le droit de regarder ces nuages apaisants. Vous avez le droit de sentir l'odeur de ces magnifiques roses. Vous avez le droit d'écouter le chant des oiseaux. Vous avez le droit de regarder avec curiosité  tous les passants de votre rue. Vous avez le droit d'être juste là et d'utiliser tous vos sens pour profiter de ce moment présent.

Conseil 2 : Analyser froidement ses propres inquiétudes

L'anxiété est souvent très présente au quotidien mais il y a parfois des moments de répit où elle est moins violente. Quand elle est moins forte, quand vous vous sentez moins perturbé.e que d'habitude, c'est le moment de s'attaquer une à une à toutes vos craintes irraisonnées sur l'avenir. Réveillez votre raison et listez le plus précisément possible tous les problèmes que vous imaginez dans le futur.

Par exemple, vous avez peur de dire à votre partenaire que vous n'êtes pas d'accord avec lui. Vous avez peur d'affirmer vos envies, vos choix ou vos opinions différentes de peur de provoquer le conflit. Vous ne voulez surtout pas risquer de vous disputer. La peur d'un désaccord vous tétanise parce que votre copain pourrait être énervé. Et dans cet état désagréable, il pourrait vous en vouloir et il pourrait commencer à envisager la séparation. Et pour vous, ce serait la fin du monde s'il vous quittait. Marquer votre opposition à votre partenaire, c'est donc trop risqué pour vous, vous pensez que vous avez beaucoup à y perdre.

Ce scénario catastrophe n'a rien de fondé.  Comme vous le constatez, tout ça est écrit au conditionnel. C'est de l'ordre de l'hypothétique et des suppositions. C'est le fait d'y croire qui exacerbe votre anxiété. Il vous empêche d'être vous-même et de faire ce qui vraiment est le mieux pour vous.

Analysez votre situation à tête reposée. Vous avez envie de dire à votre copain que son choix vous déplaît. Ou vous avez envie de faire quelque chose pour votre propre bien-être. C'est un besoin réel et bien présent. Mais prenez conscience de ce qui n'est ni réel, ni présent :  vous vous laissez entrainé.e dans une spirale d'effets négatifs avec des Si en cascade : "Si je refuse de faire ce qu'il me demande, il va me plaquer", "Si je lui dis non, il va aller voir ailleurs", "Si je prends mes distances quelques jours alors il va m'oublier". Toutes ces phrases pessimistes mélangent la réalité et les pensées automatiques. La réalité, c'est juste votre besoin. La réalisation de votre besoin ne va pas provoquer obligatoirement des malheurs en cascade. Avec cette crainte, vous anticipez ce qui pourrait arriver de négatif mais vous n'êtes pas voyant.e extra-lucide !

La réalité, c'est par exemple que vous refusez de faire ce que votre compagnon vous demande pour lui faire plaisir. Et vous avez le droit de dire non.

La pensée automatique, c'est de croire que votre NON va forcément avoir un impact très mauvais sur votre relation.

Soyez plus nuancé.e. Prenez le temps de réfléchir au calme avec votre tête. Voyez les choses avec un regard plus neutre et ne vous laissez pas terrorisé.e par des pensées tournées vers le pire.

Faites confiance à votre intelligence pour être plus mesuré.e sur la situation et ses risques.

Au lieu de vous dire que votre compagnon va obligatoirement vous faire payer si lui dites non, pensez autrement.

Transformez votre anxiété en maitrisant vos pensées automatiques.

Posez-vous des questions plus détachées comme :

  • "Et si j'avais tort de croire que je vais le décevoir ?", "Est-ce que ça ne va pas le surprendre positivement que, pour une fois, je refuse ?"
  • "Est-ce que déclencher un conflit est forcément négatif ?", "Est-ce que provoquer un désaccord n'est pas un moyen de lancer et résoudre un conflit et donc apaiser votre couple ?"
  • "Est-ce que j'exagère pas les conséquences si je dis que je ne suis pas d'accord ?", "Est-ce que les hommes aiment vraiment les femmes qui disent oui à tout ?". "Est-ce que c'est vraiment grave si je refuse de faire quelque chose, qui est contraire à mes valeurs, et qu'il me quitte car je mérite d'être avec quelqu'un qui partage mes valeurs ? " Sachez en tout cas, que les hommes s'ennuient avec les femmes qui disent oui à tout.

Si vous n'y arrivez pas seul.e, il peut être utile d'écouter le retour d'expérience d'une personne qui a vécu la même situation que vous et qui s'en est sortie. Il peut aussi être efficace de se faire accompagner par une par un ou une professionnelle habituée à résoudre votre type de problématique si vous vous sentez constamment débordée par vos pensées inquiétantes. 

Conseil 3 : Poser des actions adaptées

Une fois que vous avez fait l'exercice important de démonter une à une toutes vos croyances exagérées et nuisibles à votre sérénité, diminuez votre anxiété par une action concrète. C'est un moyen constructif de reprendre le contrôle sur votre anxiété et de mettre votre attention sur un acte qui vous fait avancer vers plus d'épanouissement personnel.

Voici un exemple :

Vous éprouvez de l'anxiété à l'idée de devenir parent célibataire. Vous imaginez une vie de galères financières. Vous avez peur de ne plus jamais retrouver l'amour parce que, pour vous, c'est difficile de trouver l'amour surtout quand on a déjà des enfants.  Vous avez peur que vos enfants soient traumatisés par le divorce. Vous avez peur qu'ils ratent leurs études.  Vous avez peur d'être un mauvais monoparent. Vous avez peur du regard des autres. Vous avez peur de perdre vos amis. Vous avez peur de la réaction négative de vos parents. Ca fait beaucoup de peurs tout çà ! Bref votre esprit est embrouillé de nuages noirs menaçants votre futur et vous vous sentez totalement impuissant.e face à tous ces risques.

Pour vous apaiser, appliquer le conseil 2 et le conseil 3.

Appliquez le conseil 2 : "Est-ce vrai que devenir parent célibataire, c'est automatiquement finir sa vie seul.e avec un chat comme seul compagnon ? ", "Est-ce que la source de cette information est fiable ?", "Est-ce que je connais une maman ou un papa célibataire qui a retrouvé l'amour ?", "Qu'est-ce que je peux faire pour augmenter mes chances de trouver l'amour ?", "Est-ce que mon histoire de couple passée m'a appris des leçons qui me permettent de mieux me connaître et réussir ma prochaine relation?", "Est-ce qu'il y a des choses que je peux faire pour mieux séduire et attirer un meilleur partenaire pour moi ? Lesquelles ? "

Appliquez le conseil 3 en passant à l'action :

Par exemple, si vous croyez que vous n'avez aucune aucune chance de trouver l'amour, lisez des livres sur la séduction, téléchargez ma formation unique pour trouver l'amour quand on est parent célibataire,  inscrivez-vous à des évènements qui favorisent les rencontres avec des personnes qui pourraient vous plaire, renouvelez votre garde-robe. Vous n'êtes pas victime de la vie, vous refusez de subir votre anxiété. Elle ne vous empêche pas de faire des choses qui vous font progresser vers plus de bonheur dans votre vie !

Conseil 4 : Utiliser un objet-placebo

Vous connaissez le pouvoir immense du doudou  sur un petit enfant ? Son doudou, il est magique. Sa présence est rassurante et automatiquement son jeune propriétaire se sent  tranquillisé. Ca marche aussi pour les adultes. 

Un placebo, c'est quelque chose qui a le pouvoir de vous redonner confiance et de vous procurer une forme de bien-être immédiat. Les médicaments contre l'anxiété jouent aussi ce rôle là. Mais ici, je veux insister sur une méthode moins chimique. Portez sur vous un objet qui vous apaise, un porte-bonheur, une amulette, le cadeau-souvenir d'une personne qui vous inspire du positif.

Chacun trouvera son meilleur objet anti-anxiété.

La lithothérapie, vous connaissez ? Elle repose sur le principe que les pierres portent en elles des énergies qui ont le pouvoir de résoudre des déséquilibres émotionnels et physiques. Par exemple, le quartz rose est connu pour aider à se libérer des peines de coeur. Il permet de mieux se connecter à l'amour et au pardon. 

Mon propos ici n'est pas de vous convaincre ici que ça marche ou ça ne marche pas la lithothérapie. Il est plutôt de dire que si vous croyez au pouvoir des pierres alors offrez-vous de jolies pierres qui vous redonnent confiance en la vie et qui diminuent votre anxiété. Et même si vous n'y croyez pas, pourquoi ne pas essayer ? Qu'avez-vous à perdre ? Méritez-vous d'essayer des solutions pour aller mieux ?

J'espère que ces conseils vous redonnent l'espoir de reprendre le dessus sur votre anxiété. Aucune situation n'est désespérée à condition de se donner les moyens de trouver des solutions applicables et réalistes !

Si vous êtes décidé.e à vous débarrasser de votre anxiété paralysante et handicapante, n'hésitez pas à me contacter en réservant une séance personnalisée dans la boutique de ce site pour décortiquer toutes vos pensées automatiques et les maîtriser  pour reprendre le contrôle de votre vie et de vos choix.

L'auteur

lanouvellemamansolo

Le site de référence pour les parents en recherche d'épanouissement personnel après une séparation ou un divorce... Pour en savoir un peu plus sur moi, RV sur ma page "A propos" ;)

2 comments

Laissez un commentaire:


close

Recevez tous les nouveaux articles du site !

​Indiquez-moi votre adresse email