L’importance de s’aimer et d’apprendre à s’aimer

S’aimer, aimer et être aimé est ce à quoi nous aspirons tous ! Et pourtant, force est de constater que notre réalité ne reflète pas toujours ce désir ! Qu’est ce qui cloche alors !

Quand nous regardons bien, tout est une histoire d’amour : j’aime, je n’aime pas, je hais ! j’adore...Tout nous ramène à l’amour !

Je vais jusqu’à dire que dans l’absolu, nous sommes amour ! L’amour a toujours été là et sera toujours là. C’est que nous ne nous y connectons pas. C’est comme l’électricité qui est là mais nous avons besoin d’appuyer sur l’interrupteur pour que la lumière soit. C’est pareil pour l’amour. Ok je vous l’accorde. Les choses semblent un peu plus complexes que ça mais en vrai aussi simple. La difficulté selon moi vient de la complexité humaine...

C’est quoi s’aimer ?

S’aimer, c’est s’accueillir dans toute son intégralité et intégrité.

C’est s’accueillir dans ce que nous avons de beau et de moche, s’accueillir dans ses forces et ses faiblesses, c’est se reconnaitre tout simplement en tant qu’humain, se donner de la valeur pour la simple raison que nous existons.

S’aimer, c’est aller à sa propre rencontre, aller explorer son monde et s’y accueillir...

S’aimer, c’est se donner la liberté d’être et de rayonner à partir de soi...

S’aimer enfin, c’est accepter sa condition humaine c’est-à-dire embrasser sa part d’ombre et de lumière.

Bien évidemment, ce n’est que ma façon de percevoir les choses ! Je vous invite  d’ailleurs à vous poser la question et y répondre selon votre perception 😉

Alors quel est l'obstacle à l'amour ?

Nous nous sommes tellement coupés de l'amour que nous en arrivons à croire que l'amour se trouve chez l'autre, à l'extérieur de soi et que nous n'en sommes pas digne.

La plupart du temps, le non-amour prend racine dans l’enfance. Enfants, nous considérons l’adulte comme dieu et nous sommes vulnérables face à cet adulte qui n’est pas toujours aimant ni bienveillant.

Il aura suffi qu’on nous ait dit ou signifié que nous ne méritons pas l’amour ou que nous le méritons à condition d’être, de faire d’une certaine façon... A partir de ce moment, nous pensons que l’amour vient de l’extérieur en l’occurrence de cet adulte qui en est le détenteur...Si lui ne m’aime pas, je ne peux m’aimer ! je ne mérite pas d’être aimé, encore moins m’aimer !

L’amour exprimé par l’adulte peut prendre plusieurs formes : douceurs, attention, câlins, bonbons... Parfois ce sont des coups qui viennent en réponse à nos maladresses ou notre demande d’attention et d’amour... Exemple : Si je suis battu-e c’est que je suis aimé-e... Le fameux « qui aime bien châtie bien » peut bien faire des dégâts... Et d’ailleurs, n’entend-on pas souvent l’adulte dire « C’est pour ton bien »

Et bien évidemment nous le croyons lui qui représente tout pour nous... ! Je pense que vous avez compris ce que je veux dire !

Cependant, il est à mentionner que l’adulte, la plupart du temps ne donne que ce qu’il a reçu et fait certainement de son mieux avec sa conscience du moment.

Il devient donc difficile de s’aimer alors que nous ne nous sommes pas sentis aimés.

Nous fonctionnons beaucoup par modélisation. Comment donner quelque chose que nous n’avons pas ? Comment manifester quelque chose que nous n’avons pas appris ?

Une fois que le traumatisme et la croyance sont ancrés dans l’enfance, nous  construisons notre vie à partir de cette réalité et ne faisons que rejouer le scénario en boucle. Oui parfois nous changeons de décors, de scènes, d’acteurs mais le scénario est le même jusqu’à ce que vienne une prise de conscience. Et c’est seulement en ce moment que peut commencer un processus de transformation...

En général, la prise de conscience se fait à force de souffrance. Ne pas s’aimer est quelque part contre notre essence et ce qui est contre essence génère de la souffrance.

La nature étant bien faite, elle se débrouille pour nous emmener sur le chemin de l’amour d’une façon ou d’une autre. Oui nous pouvons y résister et souffrir encore et encore jusqu’à même en mourir...

La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons apprendre à nous aimer...

Comment développer l'amour de soi ?

Eh bien nous voilà adulte ! N’est-ce pas notre rôle de donner à cet enfant intérieur blessé et blessant, l’amour qu’il n’a peut-être pas reçu.

N’est-ce pas à l’adulte d’aller à la rencontre de cet enfant intérieur mal aimé ? N’est-ce pas à notre part adulte de devenir le parent aimant que nous aurions aimé avoir ? 

Eh bien oui ! Si nous ne prenons pas soin de cet enfant intérieur, si nous ne prenons pas soin de cet enfant intérieur, si nous ne prenons pas soin de cette part blessée et souffrante en nous, si nous ne développons pas, l’amour de soi, nous allons perpétuer cette souffrance.  C’est ainsi que nous nous retrouvons à exiger de l’autre ce que nous ne sommes pas en mesure de nous donner.

Nous pouvons alors tomber dans le terrorisme amoureux qui fait bien des dégâts

Des conséquences du non-amour de soi

Si nous ne nous aimons pas, nous ne pouvons aimer l’autre. Nous ne pouvons donner quelque chose que nous n’avons pas !

Nous donnerons quelque chose mais ça ne sera pas de l’amour même si nous le nommons ainsi. Disons-nous la vérité ! Ce que nous offrons à l’autre et que nous nommons amour dans ce cas n’est souvent que de l’attachement, de la possessivité, du marchandage...

Si nous ne nous aimons pas, nous irons en demande à l’extérieur jusqu’à donner notre pouvoir à l’autre.

Si nous ne nous aimons pas, nous aurons du mal à donner et recevoir sainement de l’amour. En vrai, l’amour ne circule pas dans notre vie...

Si nous ne nous aimons pas, nous aurons tendance à nous dévaloriser et pourrons penser que les autres valent mieux que nous, sont mieux que nous, font que mieux que nous et j’en passe.

Si nous ne nous aimons pas, nous serions en grande attente d’être aimé-é. Le pire,  c’est que l’autre aura beau nous donner de l’amour, étant donné que nous ne savons pas vraiment le recevoir, cela ne sera jamais suffisant et ne comblera jamais ce vide que nous ressentons en nous. Lequel vide, que seul nous pouvons combler.

Cela va sans dire que le non-amour de soi a des conséquences fâcheuses sur notre vie et sur celle des autres. Si nous voulons vivre pleinement la vie qui nous fait envie, il est capital de cheminer vers soi, de développer l’amour de soi et cela demande du courage.

Le courage de s’aimer ou oser s’aimer

Je parle de courage car s’aimer peut faire peur surtout quand nous avons intégré la croyance que nous ne méritons pas l’amour, que nous ne sommes pas digne d’amour ou que nous avons confié notre pouvoir d’amour aux autres. Cela demande du courage de remettre en question toutes ces croyances limitantes que nous avons cultivé pendant des années.

Cela demande du courage de remettre en question la croyance judéo chrétienne qui veut nous faire croire que s’aimer, c’est égoïste... Elle nous tient celle-là tellement elle est ancrée en nous 😉

Oui cela demande d’oser s’aimer c’est-à-dire désobéir. Nous ne pouvons-nous aimer sans désobéir à un certain nombre de croyances, de pensées, de systèmes, de personnes...

Oser s’aimer, c’est s’autoriser à l’amour de soi c’est-à-dire se donner le droit que l’on ne nous a pas donné dans notre enfance ou autre moment de notre vie.

Il nous revient donc de nous donner ce droit et nous dresser pour nous-mêmes et pour la vie qui nous met en joie.

Il est difficile de faire l’économie de l’amour de soi si nous désirons vivre pleinement.

Et l’amour de soi ne souffre d’aucune condition. Nous n’avons pas à être d’une façon ou d’une autre pour nous aimer. Alors comment faire ?

Comment s’aimer ?

  • Prise de conscience

S’aimer, c’est commencer par prendre conscience du non-amour de/pour soi. Tout commence par la prise de conscience. Nous ne pouvons transformer quelque chose dont nous n’avons pas conscience. Je vous invite ici à jouer la carte de l’honnêteté. Prenez le temps de constater les signes de non-amour dans votre vie et ce dans tous les domaines de votre vie. Comment se manifestent-ils ?

  • Accueillir ce qui est

Nous ne pouvons changer ce que nous n’accueillons pas. Après la prise de conscience, vient l’accueil de ce qui est. J’accueille et je vois les conséquences sur ma vie et je me pose la question suivante : « si je continue ainsi et que je ne change rien, qu’est ce qui risque de se passer ? »

Ensuite une 2ème question qu’on pourrait se poser : « Qu’est-ce que je veux VRAIMENT ? » ou « Quelle expérience je veux vivre ? »

  • Des petits pas pour commencer 

Nous ne sommes pas obligés de faire une grande révolution... Nous pouvons commencer à mettre en place des rituels simples d’amour pour soi. Je vous en propose ici quelques-uns qui ont fait leur preuve.

  1. - Se dire je t’aime en se regardant dans le miroir au moins chaque matin et chaque soir.
  2. - Passer du temps de qualité avec soi-même : ballade, massage, pratiquer une activité qui vous met en joie
  3. - Utiliser des affirmations d’amour qui vous inspirent. Personnellement, j’aime beaucoup les affirmations de Louise Hay, Wayne Dyer... Ce n’est pas ça qui manque...
  4. - Se reconnaître et se célébrer pour la belle personne que nous sommes.
  5. - Allez ! je vous invite à faire la liste de 27 qualités/talents/ressources que vous vous reconnaissez. Un bon booster pour l’amour et l’estime de soi 😉

Ne me croyez surtout pas ! Faites-le ! Rien ne vaut l’expérience !L'amour de soi par des exercices efficaces

Amour de soi et exercices

         L’écriture qui guérit et soigne

  • La lettre d’amour à soi

    S’écrire une lettre d’amour tel que vous pourriez l’écrire à un être aimé. C’est
    l’occasion d’exprimer son mal être, ses blessures, ses croyances et se faire une
    déclaration d’amour... Je vous laisse à votre imagination et ressenti.
    La lettre à ses parents ou à tout autre personne ayant pu faire figure de parents
    ou d’éducateurs...

    Vous pouvez écrire pour exprimer votre mal être, votre ressenti, votre souffrance.
    C’est l’occasion de faire le tri et de remettre (symboliquement) aux destinataires ce
    que vous ne souhaitez pas garder...
    N’oubliez pas que tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime ! 
    L’amour est une énergie. Plus nous le vibrons et plus nous envoyons cette vibration dans l’univers et plus elle nous revient.
  • Demander de l’aide
    Je tiens à souligner que prendre le chemin de l’amour de soi, n’est pas toujours simple.Il est parfois nécessaire de se faire aider et accompagner par un thérapeute, un coach, un psychologue ou tout autre accompagnant qualifié... Savoir demander de l’aide, c’est aussi s’aimer. 

Je vous rappelle que la personne la plus importante au monde c’est nous-même et la personne avec laquelle nous allons passer toute notre vie, c’est nous- même. Alors ne vaut-il pas le coup de se donner tout l’amour du monde ! de se choisir et se traiter en 1ère classe ! Bien évidemment !

Qu’attendez-vous pour vous aimer ? il n’y a pas d’overdose d’amour de soi. Je ne parle pas de narcissisme. Je parle de s’aimer suffisamment pour donner et recevoir l’amour. S’aimer pour laisser circuler l’amour dans sa vie.

Et si vous êtes sur le chemin de l’amour de soi, continuez car selon moi ce chemin n’a pas de fin... Il n’y a pas de limites à S’aimer, aimer et être aimé-é.

Nous sommes tous dans le même bateau ! Pourquoi ne pas s’aider, se soutenir, s’encourager sur ce beau chemin qu’est l’amour de soi.

  • Pour finir, je partage avec vous cette citation de Jacques Salomé
    « L’amour de soi est une vibration, un mouvement de l’intérieur qui s’appuie sur des ancrages subtils, indirects...L’amour de soi est un sentiment composé de bienveillance, de respect, d’ouverture envers notre personne dans son intégrité. Il s’agit d’une vibration, d’un élan intime qui va dynamiser, colorer, vivifier l’ensemble des ressources de notre vie et par là même nous rendre capable d’aimer autrui, c’est- à-dire de pouvoir donner de l’amour et d’accepter d’en recevoir. En fait, de pouvoir s’accueillir l’amour de l’autre sans l’exiger, le dévaloriser, le maltraiter ou le rejeter »

    Je serai ravie de lire vos commentaires et je me ferai un plaisir de répondre à vos questions si vous en avez.
    Avec joie
    Michèle Gonçalves, Love coach, fondatrice de la communauté des célibataires conscients
L'auteur

lanouvellemamansolo

Le site de référence pour les parents en recherche d'épanouissement personnel après une séparation ou un divorce... Pour en savoir un peu plus sur moi, RV sur ma page "A propos" ;)

Laissez un commentaire:


close

Recevez tous les nouveaux articles du site !

​Indiquez-moi votre adresse email