Parent solo : comment mieux se loger à prix réduit ?

Quand on est parent solo, quand on envisage de se séparer ou plus globalement de déménager, se reloger devient très vite un gros casse-tête !

Et il est dur de se projeter de vivre dans un bien immobilier, d’autant plus que le budget d’une maman ou d’un papa solo pour se loger est souvent réduit après une séparation ou un divorce.

Comment être bien chez soi quand on est une famille monoparentale avec des moyens réduits ?

Les besoins de la vie quotidienne, comme celui de vivre dans un espace adapté à la taille de la famille et de se sentir bien et en sécurité, restent les mêmes qu’avant la rupture.

La différence, et elle est de taille, c’est qu’il va falloir se loger sans pouvoir compter ni sur le salaire supplémentaire de l’autre parent, ni sur sa disponibilité pour accomplir les tâches qu’il avait l’habitude de réaliser par le passé.

Autrement dit, comment fait-on pour continuer à vivre sans sacrifier au confort de ses enfants avec des revenus limités et 24 heures chrono pour assurer son travail, pour faire ses courses, pour préparer les repas, pour aller aux rendez-vous médicaux obligatoires ou imprévus, pour assurer un minimum d’ordre et de propreté dans son foyer, pour suivre les devoirs des enfants et d’une manière générale rester disponible pour répondre aux besoins et aux demandes des enfants ? Le tout en s’octroyant un minimum de sommeil bien sûr !

Un déménagement, c’est un projet qui demande à la fois : temps, énergie et argent. Ces 3 ressources s’épuisent extrêmement vite quand on est à la tête d’une famille monoparentale.

Les mamans et les papas, qui ont les moyens financiers et qui ont pris le temps de réfléchir à leur capacité à acheter un bien immobilier après la vente de leur habitation commune ou à racheter la part de l’autre parent, pourront rester propriétaires.

Et si ce statut de propriétaire est certes sécurisant ou enviable sur le papier, il comporte aussi des conséquences qui peuvent rapidement devenir des contraintes ou des inconvénients : la taxe foncière annuelle, les charges d’entretien de la maison ou de la copropriété, de grosses dépenses comme un ravalement de façade, la difficulté à tourner la page de la rupture en restant dans l’ancien domicile conjugal, la pression de ne pas pouvoir rembourser son prêt immobilier…

La location est une solution alternative plus adaptée à des ressources financières restreintes. D’autre part, elle permet d’éviter l’engagement long terme qu’implique un achat immobilier. Elle permet une transition entre son habitation passée et un projet immobilier futur et stable.  En prime, elle offre la liberté de changer d’habitation en fonction de sa situation personnelle, familiale et professionnelle.

Elle permet aussi de changer d’adresse plus rapidement étant donné que les formalités sont moins chronophages que celles d’un achat.

Et surtout pour un foyer monoparental aux ressources réduites, à caractéristiques équivalentes, un bien loué revient moins cher que le même bien acheté pour lequel le remboursement mensuel est plus élevé.

Pour réussir cet objectif et aller de l’avant dans un nouvel habitat qui marque une étape dans cette transition de vie que vous vivez, il va falloir organiser les étapes suivantes :

  • Définir un budget des dépenses à venir : frais d’agence, caution pour le propriétaire et éventuellement faire des devis avant de recruter et de payer des déménageurs professionnels. A ces dépenses, le rachat de meubles peut être à prévoir.
  • Réfléchir à la localisation de la future location et à l’adéquation entre ses critères de recherche et le marché locatif immobilier
  • Multiplier les visites en physique en soirée, à midi ou avant d’aller travailler, préparer son dossier de locataire ce qui constitue une source de stress avec un statut de mère ou de père célibataire et l’absence de garant et attendre la réponse de l’agence ou du propriétaire avec la crainte du refus

Bref, beaucoup de temps et d’énergie vont devoir être mis à contribution pour se reloger pour un résultat pas forcément motivant.

La location classique n’est donc pas forcément une réponse adaptée et satisfaisante pour tout parent solo. Pourquoi ?

Parce que ça ne fait pas rêver tout le monde de se retrouver seul.e le soir dans un deux pièces avec des enfants qui peuvent mal vivre ce changement surtout quand ils ont vécu dans 100 m2 minimum avec un jardin en plus pour les plus chanceux.

Bien sûr, avoir enfin son propre chez-soi, retrouver son indépendance et ne plus vivre avec son ex-partenaire sont des sources de soulagement légitimes quand la relation a été cause de conflits, de souffrances ou de tensions inévitables.

Mais cette nouvelle location ne peut pas balayer la solitude (et le sentiment d’insécurité que peut ressentir une femme seule). 

Louer à plusieurs, est-ce une option adaptée aux parents solos ?


Une location à payer seul.e, ça reste une charge extrêmement lourde !

C’est pourquoi l’idée de louer un bien immobilier de qualité à plusieurs mérite réflexion. En effet, la colocation, quand on y pense en détail, procure de nombreux bienfaits et répond aux besoins de la famille monoparentale.

La colocation présente 9 avantages qui comptent pour une maman ou un papa solo :

1. Faire des économies : non seulement, les économies proviennent de la réduction de votre budget logement avec le partage des charges entre autres mais elles sont aussi réalisées par les services que vous pouvez vous rendre entre colocataires comme des services de baby-sitting. Par ailleurs, en occupant un appartement ou une maison à plusieurs, vous n’avez pas à meubler tout.e seul.e toutes les pièces.

2. Sortir de la solitude : partager une habitation en colocation avec une ou plusieurs personnes de confiance et avec lesquelles des affinités existent, c’est une expérience garantie de rencontres diverses et enrichissantes.

La colocation, c’est l’opportunité d’appartenir à une nouvelle tribu riche de ses différences et harmonieuse grâce à des valeurs et des règles de cohabitation partagés par tous

C’est d’autant plus vrai dans le contexte actuel du confinement où les célibataires sont les plus exposés à l’isolement.

Avec un ou plusieurs colocataires, le risque de se retrouver en tête à tête avec soi-même à déprimer tous les soirs, est très faible.

3. S’entraider au quotidien : Vos colocataires vous font économiser de l’argent en gardant gratuitement vos enfants quand vous avez besoin de sortir mais aussi du temps.

Et le temps quand on est parent solo, c’est tellement précieux. Chaque membre de la colocation en fonction de ses savoirs et ses compétences peut en faire profiter les autres. C’est très pratique d’être aidé.e quand on est épuisée ou pire quand on est malade. Ou quand on ne sait pas bricoler comme moi ! Toute maman solo a la crainte d’être malade et de ne pouvoir s’occuper de ses enfants. Quand on vit à plusieurs, la possibilité d’être soutenu.e par un autre adulte aidant qui fera par exemple :  les courses à sa place, qui surveillera les enfants est apaisante. Dans des relations d’entraide mutuelle, tout le monde en sort plus épanoui et gagnant.  

Ces 3 bénéfices sont défendus par Virginie Perret. Ils font partie des nombreuses motivations qui l’ont poussée, après être devenue maman solo en 2014, à monter un site autour de la colocation. Elle témoigne en nous expliquant « Avec un emploi du temps très compliqué entre mon travail, les coûts de baby-sitter, un frigo à remplir, la gestion de la vie des enfants, de leurs inquiétudes et de leur bien-être et les soirées en tête-à-tête avec moi-même, la vie devenait d’une grande dureté, non seulement pour moi mais encore plus pour mes enfants. Aucun dérapage n’était permis dans ce programme. »

Comme décrit dans les arguments suivants, la colocation est à la fois positive pour tout parent mais aussi pour l’enfant.

4. Avoir de l’espace :

Être en colocation, c’est partager un grand espace à plusieurs au lieu de vivre dans un logement plus petit qu’avant.  Cela évite le sentiment de régression et d’échec après une séparation ou un divorce quand on se retrouve dans un espace très exigu entre quatre murs serrés.

Et c’est cerise sur le gâteau s’il y a un jardin partagé, un potage commun surtout en ces temps de crise sanitaire où l’enfermement imposé dans un espace réduit est durement supportable.

5. Favoriser la socialisation de vos enfants et développer leur capacité à communiquer :

Vivre ensemble à plusieurs, c’est habituer les enfants à côtoyer au quotidien une ou plusieurs personnes. Les enfants s’adaptent très vite au changement. Partager un logement les familiarise avec des profils de personnes différentes par leur âge, leur culture, leur histoire personnelle, leur style de vie. Ils apprennent à discuter avec d’autres adultes, d’autres enfants sans peur ni réserve. Faire des rencontres devient pour eux facile et source de bons moments.

Dans notre monde multiculturel, qui est de plus en plus changeant et de plus en plus complexe, leur facilité à parler avec des personnes d’horizons variés facilitera leur intégration dans la société.

6. Transmettre la notion de collectif à vos enfants :

Dans une société de plus en plus individualiste, le risque de développer des personnalités centrées sur elles-mêmes, incapables de partager, incapables d’éprouver de l’empathie, incapables de se remettre en question et incapables d’accepter la moindre critique ou le moindre désaccord est fort.

Apprendre à mieux vivre ensemble est le bénéfice de la colocation. L’enfant apprend à respecter les espaces collectifs, à suivre les règles de la communauté, à communiquer avec les autres et à les prendre en compte dans ses agissements et ses propres paroles.

Avec un environnement à plusieurs, vous n’avez aucune chance que votre enfant devienne un enfant-roi !

7. Vous protéger de violences physiques ou verbales :

Les violences physiques ou verbales sont des causes de séparation et de divorce. Malheureusement si une rupture permet d’éviter l’exposition permanente à son bourreau, celui-ci reste le père de ses enfants et rien ne l’empêche de continuer à exercer sa violence quand il en a l’occasion.

Quand on vit en colocation, la présence d’un tiers protège de cette menace car il constitue le témoin d’un délit punissable. Tout de suite, c’est dissuasif pour la personne qui a de mauvaises intentions.

8. Vous sentir en sécurité :

Ce bénéfice concerne davantage les femmes seules et je sais de quoi je parle pour l’avoir ressenti : vivre seule sans un autre adulte à ses côtés, c’est aussi consciemment ou inconsciemment craindre une agression physique ou un cambriolage. Car une femme seule reste une cible plus facile à atteindre qu’une femme qui vit en colocation à plusieurs. Elle est protégée par le groupe. Et c’est vraiment un cadeau de pouvoir dormir avec la peur d’une menace extérieure en moins.

9. Prendre des décisions à plusieurs :

Se mettre d’accord à plusieurs, ce n’est pas inné, ça s’apprend et la co-location est une excellente école de la vie pour le mettre en pratique.

Par ailleurs, prendre des décisions à plusieurs enlève la pression que peut générer la nécessité de prendre une décision seul.e.

En résumé, la colocation peut être COOL grâce à tous ces avantages ! C’est en tout cas la promesse du site de co-location COOLOC fondé par Virginie.

Ne trouvant pas de solution à son désir de cohabiter avec une autre maman célibataire et parce que «la colocation, ce n’est pas simple, c’est souvent des plans galère sur des sites non fiables » en 2018, elle a lancé COOLOC pour répondre aux attentes des parents seuls, séparés ou divorcés.

En effet, COOLOC facilite l’accès au vivre ensemble grâce à des accompagnements utiles à la recherche de logements comme la garantie logement pour avoir un meilleur dossier auprès des propriétaires.

Alors convaincu.es par cette nouvelle vision de la colocation proposée par une maman solo entrepreneure ? Qui mieux qu’une maman solo saura proposer des services de logement adapté à ses besoins, ses contraintes et son mode de vie ?

Si je peux vous recommander en toute confiance d’utiliser Cooloc, c’est bien parce que cet acteur du marché de la colocation, à la fois courtier et agent immobilier sans frais d’agence, est sérieux et qualitatif.

D’une part, il joue le rôle de tiers de confiance entre les colocataires et le propriétaire. Il vous met en relation en toute sécurité avec des loueurs fiables proposant de belles offres en termes de lieu et de confort. Exit donc la crainte d’un plan foireux !

D’autre part, pour quelques dizaines d’euros par mois, il est votre garant.

Un de ces vrais plus est son service innovant de rencontres de son ou de ses futurs co-locataires par affinités. Son inscription est gratuite et permet d’entrer en relation avec son colocataire idéal grâce à de nombreux critères comme : le mode de vie, la personnalité, les centres d’intérêts, le budget et pleins d’autres encore.

Pour plus d’informations, je vous invite vivement à aller sur le site de Cooloc.

Sujets similaires
Pas de sujet similaire
Qui suis-je?

lanouvellemamansolo

Le site de référence pour les parents en recherche d'épanouissement personnel après une séparation ou un divorce... Pour en savoir un peu plus sur moi, RV sur ma page "A propos" ;)

2comments

Laissez un commentaire:


close

Recevez tous les nouveaux articles du site !

​Indiquez-moi votre adresse email