Parent : comment annoncer sa rupture aux enfants

divorce

J’ai écris cet article en réponse à une question sur ma page « face de bouc » C’est une question délicate pour tout couple en pleine séparation. Quand deux parents décident de rompre, l’une des premières raisons qui freine ce choix difficile, c’est la crainte de ses conséquences sur les enfants. En plus des aspects financiers, on a peur de l’impact psychologique de cet évènement marquant sur leurs épaules en construction.

Alors comment annoncer une rupture, un divorce ?

Je pense qu’il faut déjà l’annoncer en ayant en tête deux points très importants :

1- Les enfants ont besoin d’être rassurés sur leur futur

C’est important de préparer l’annonce, de s’être concertés à deux pour faire passer un message commun : le couple se sépare car il ne s’aime plus mais papa et maman seront toujours présents pour leur progéniture. Le couple amoureux est mort mais le couple parental demeure. Insister sur cette différence est primordial, les enfants auront toujours besoin de leurs parents et ils ne doivent pas se sentir abandonnés. Ils doivent comprendre qu’ils seront toujours aimés.  Le mieux, c’est de démontrer par un discours préparé que la séparation a été bien réfléchie. Parler du futur mode de garde, du rythme de visite de celui qui n’aura pas la garde principale ou de la garde alternée, des conséquences sur leur quotidien en étant le plus précis possible (lieu de déménagement d’un parent, changement d’école, organisation des vacances scolaires etc etc). Faire cet exercice de réflexion prouve qu’il y a une forme d’entente entre le père et la mère et ça démontre une forme de coopération entre eux. La  manière de leur parler est aussi importante, des parents, convaincus que cette décision est la meilleure qui soit, influenceront plus facilement les enfants que des parents incertains, instables donc insécurisants. Selon moi, les enfants sont de véritables éponges, s’ils ressentent un mal-être, une tristesse, un doute, une peur, ils vont se l’approprier. Au contraire, s’ils perçoivent un message ferme, confiant, assuré, ils pourront difficilement la contester et l’accepteront plus naturellement. Ce qui est naturel pour les parents sera naturel pour les enfants.  Ca ne veut pas dire que les parents n’ont pas le droit d’être tristes mais la certitude que la rupture est ce qu’il y a de mieux et que celle-ci est organisée de manière à ce que les liens familiaux perdurent même s’il n’y aura plus un toit unique, est ce que les enfants doivent comprendre en premier lieu. Puis accepter. Et ils accepteront mieux s’il la comprenne. S’ils réalisent que ce n’est surtout pas de leur faute, que leur vie continue, différemment mais elle continue. Ici je parle bien sûr du scénario idéal, celui où les parents se séparent avec un minimum de respect entre parents qui ont à coeur de réfléchir à leur bien-être. Dans les cas où la rupture est brutale et où l’un des parents disparaît de la circulation, ce sera forcément le choc pour le reste de la famille. Ici je parle de mon expérience personnelle, mes enfants sont encore petits et il a fallu employer des mots simples pour leur expliquer la situation. Nous leur avons aussi acheté des livres qui parlent de séparation, de divorce pour mettre en image leur future vie.

« Chez papa et chez maman » de Mélanie Walsh

« Les parents se séparent » de Catherine Dolto

Il y a eu une période d’adaptation pour eux, car étant petits, ils n’ont pas la notion du temps, des jours, des semaines. Il a fallu user de répétition pour dire chaque jour ce qui était prévu avec chaque parent. Et petit à petit, un nouveau rythme s’est mis en place. Dans mon cas, la rupture était inévitable et retardée à cause de la peur de l’impact sur les enfants. Et en même temps, j’étais convaincue que la rupture était la seule issue car vivre dans un climat permanent de tension, ce n’est juste pas possible. Comme je le disais plus haut, les enfants sont des éponges et je ne pense pas que rester ensemble en donnant l’exemple d’un couple qui ne s’aime plus leur fasse le plus grand bien. J’ai envie que les enfants connaissent l’amour quand ils seront plus grands. Et il est évident que ce n’était pas notre couple oscillant entre  guerre froide et ambiance explosive qui allait le leur apprendre. Je suis convaincue que les enfants reproduisent ce qu’ils apprennent de leurs parents. Je n’ai pas envie qu’ils se retrouvent dans une situation similaire et se sacrifient en restant en couple/mariés alors qu’il n’y a plus de sentiments. Des parents qui se séparent, c’est toujours un risque, le risque de ne pas assurer en étant parent solo mais c’est aussi le risque de retrouver un amour plus beau, plus vrai, qui inspirera leurs enfants. En tout cas, c’est ma vision des choses. Et tu n’es pas obligé de l’approuve.Dans cette optique, l’idéal, je sais que c’est utopique surtout au début d’une séparation, c’est vraiment de devenir des parents amis…au moins des adultes qui se respectent et continuent à prendre des décisions communes concernant l’éducation des enfants. Ce qui pensent que des enfants de divorcés ont plus de chance d’être de futurs divorcés ont une vision limitée de la rupture. Car des divorcés, ça peut se remarier et reformer un nouveau couple plus épanoui et heureux que le précédent, et ça c’est un modèle positif pour les enfants. J’ai beaucoup lu Susan Jeffers, titulaire d’un doctorat en psychologie,  qui est connue pour ses best-sellers en développement personnel. Dans l’un de ces livres, elle explique qu’après son divorce, elle a retrouvé l’amour, un sentiment bien plus beau que celui qu’elle avait connu avec son ex-mari. Ex-mari avec qui elle est restée amie et nouvel amour qui raconte-t-elle inspire ses enfants. Enfants qui lui ont dit qu’ils souhaitent vivre le même type de belle relation qu’elle et la remercient de lui montrer l’exemple d’un amour qui donne envie.

2- Il ne faut pas avoir peur de la tristesse, de la colère, des sentiments négatifs que peuvent engendrer la rupture

Tristesse, colère, peur sont des émotions que peuvent éprouver les enfants et il n’y a rien à faire pour éviter cela. Après tout une rupture, c’est un deuil pour toute la famille alors c’est normal si les enfants, les adolescents en souffrent. Pour les adultes aussi, la rupture reste difficile car c’est un échec et c’est la fin d’une promesse implicite que s’était faite les parents, celle de toujours vivre sous le même toit avec papa et maman dans la même chambre. Je pense que le but de l’annonce c’est vraiment de dire que le changement est inévitable, que les parents ne s’aiment plus et cette annonce doit être ferme. En tant que parents, on ne peut empêcher un enfant de pleurer, d’avoir du chagrin…c‘est normal que l’enfant puisse ressentir des émotions négatives et c’est important qu’il exprime ce qu’il ressent. Le mieux que le père et la mère puissent faire est de faire preuve de bienveillance, d’écoute, d’empathie. Si l’enfant est triste ou en colère, l’encourager à le verbaliser, à parler de ses peurs s’il en a et le rassurer. Par la rupture, le divorce, c’est peut-être malheureux à dire mais c’est vrai, l’enfant comprend que ses parents sont juste des humains qui se sont trompés, qui n’ont pas su maintenir une relation durable, c’est ce qu’il comprend et rien d’autre. Il doit savoir qu’il n’est pas responsable de la situation présente et qu’il sera toujours aimé des deux parents. Ce qui rend la séparation terrible pour les enfants, c’est les comportements destructeurs des parents :

  • ceux qui se critiquent l’un l’autre en leur présence
  • ceux qui se servent de l’enfant comme messager à défaut de se parler directement entre adultes
  • ceux qui demandent à l’enfant de choisir entre eux : « tu veux vivre avec papa ou moi » ? L’horreur pour l’enfant qui n’a pas à faire ce choix déchirant. L’enfant est le fruit des deux parents, ce n’est à lui de choisir, il doit écouter ses parents
  • ceux qui se servent de l’enfant comme instrument de chantage : « si tu veux que m’occupe bien de notre enfant, ne refais pas ta vie »

Par opposition ce qui contribue à l’acceptation de la situation par l’enfant, c’est le respect entre ses parents et leur amour inconditionnel à vie.

Que penses-tu de cet article ? Quel est ton avis ? Veux-tu partager ton expérience personnelle dans les commentaires ?  Si tu n’es pas du tout d’accord avec ce contenu, tu peux aussi réagir, l’essentiel étant de le faire dans le respect car les échanges c’est toujours intéressant.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

A propos de l'auteur

lanouvellemamansolo

La plume sérieuse, sensible ou moqueuse d'Alexandra, working maman solo de 2 enfants sur l'amour, le célibat, la parentalité, le développement personnel... Pour en savoir un peu plus sur moi, RV sur ma page "A propos" ;)

11 comments

Laissez un commentaire:


GRATUIT Mon guide spécial Parent Solo de 24 pages - Clique ici pour recevoir tout de suite ton cadeau !